Pdci-Rda: Ce que Guikahué va faire juste après le Bureau politique du 17 juin…

Pdci-Rda: Ce que Guikahué va faire juste après le Bureau politique du 17 juin…
Une importante réunion entre le secrétariat exécutif du Pdci-Rda et les délégués communaux et départementaux dudit parti a eu lieu, mercredi à Cocody. Cette rencontre, après les propos liminaires du secrétaire exécutif en chef, Pr Maurice Kakou Guikahué, a débuté par un point fait par le secrétaire exécutif en charge des délégations, M Séri Bi Guessan Privat. En conclusion, il a indiqué que les statistiques, de façon générale, indiquent que sur 4475 sections projetées, il y a 3557 anciennes, 870 nouvelles attendues, 562 reçues, soit un taux global de réalisation de 62%. Sur 31768 comités de base projetés, il y a 25438 anciens, 5821 nouvelles, soit 62%. Soit une augmentation de 19% pour les sections et 18% de réalisation pour les comités de base. Le secrétaire exécutif en chef, Pr Maurice Kakou Guikahué, a jouté qu’il y a des exceptions car il y a des délégations qui ont été restructurées ces derniers temps.

Organisation des élections
Le secrétaire exécutif en chef a rappelé que la presse a publié la décision du président Bédié qui nommait la structure d’organisation des élections et également la circulaire. La décision, a-t-il dit « c’est que le secrétariat exécutif a été subdivisé en groupes que sont les 6 groupes avec les membres du secrétariat exécutif qui iront sur le terrain ». Pour le dépôt des dossiers, il a indiqué que « les candidats aux municipales doivent déposer les dossiers auprès de leur délégué départemental ou communal. Pour les régionales, les candidats déposent les dossiers auprès du délégué le plus ancien de la région. Pour les délégués qui ont été nommés le même jour, c’est auprès du plus âgé que les dossiers doivent être déposés ». Rappelant le programme, Guikahué a annoncé qu’après le Bureau politique du 17 juin, « le 18 juin, nous serons sur le terrain pour le recensement qui s’achève le 24 juin. Et dès le 26 juin, vous allez recevoir les dossiers ». Pour plus de précisions, il dira que « du mardi 26 juin au mardi 03 juillet, c’est le dépôt des dossiers de candidatures au bureau de la délégation départementale ou communale contre récépissé. Du jeudi 4 au lundi 9 juillet, on vous donne la possibilité de conditionner toutes les demandes de parrainage au niveau du délégué de la région et puis vous allez envoyer un exemplaire au secrétaire exécutif chargé des élections. 4 jours plus tard, du vendredi 13 au dimanche 22 juillet, il y a l’organisation des séances de consensus sur toute l’étendue du territoire. Parce que dans nos textes, c’est le consensus. Si le consensus ne marche pas, on va aux primaires. Donc, au secrétariat, nos équipes qui vont sur le terrain, c’est pour aller rechercher le consensus. Il faut qu’on soit clair, ce n’est pas pour aller organiser des primaires. C’est pour aller rechercher le consensus. On prend deux week-ends parce que ce sont des discussions qu’on va avoir. Si on va sur le terrain, et qu’après les échanges, plusieurs candidats se retirent et qu’il y a un consensus, on fait un procès verbal de consensus. Mais la réunion de consensus est présidée par un membre du secrétariat exécutif. Parce que le délégué peut être candidat. Donc, c’est le membre du secrétariat exécutif de la zone qui préside la réunion de consensus. Il revient avec le procès verbal signé que nous allons transmettre au président du parti. Et comme il y a beaucoup de mairies, c’est pourquoi, on met deux semaines. S’il n’y a pas de consensus, nous n’allons pas nous éterniser sur le terrain. On revient avec le procès verbal de non consensus. Et on le transmet au président qui a la latitude d’organiser des médiations. Et si la médiation ne marche pas, on va aux primaires, sauf si le président du parti en décide autrement en choisissant le candidat ». Le samedi 4 Août, a précisé Gukahué, c’est l’organisation des primaires, le cas échéant. « Après la période de médiation du 23 juillet au 2 Août, laissée au président du parti ».

Le Rhdp décidé à la base
Plus vous faites le consensus, a-t-il recommandé, « plus vous gagnez du temps pour faire campagne ». Car, a-t-il averti, « On ne va pas attendre que tout finisse pour sortir les listes. On sortira les listes au fur et à mesure. D’autant plus qu’on va en Rhdp, mais avec comme précision: on vous laisse le terrain. Si vous faites le consensus pour aller en Rhdp, nous, on entérine. S’il n’y a pas consensus, chacun s’en va. C’est ce que le président a dit. Maintenant, si vous êtes sûrs de vous que vous pouvez aller en Rhdp, c’est à vos risques et périls ». Le secrétaire exécutif chargé des élections, M Adiko Roland François, a relevé que dans la liste des dossiers à fournir pour le parrainage, il y a à la fin, la fiche technique du candidat et la fiche technique de la délégation départementale ou communale. Cette fiche technique comporte des éléments à remplir. D’abord, la fiche technique du candidat et la fiche technique de la délégation que le délégué et son bureau remplissent pour donner des indications sur le militantisme du candidat. Toutes ces fiches seront mises à la disposition des délégués. Il y a aussi le récépissé de réception de candidature à remplir pour fournir des données. Des délégués ont pris la parole qui pour faire une doléance, une suggestion, qui pour exprimer une inquiétude. Notamment, le maire de Marcory, Aby Raoul, qui a relevé qu’en ce qui concerne le Rhdp, avec la formule adoptée, il y a des risques qu’il n’y ait pas de listes Rhdp, car les ambitions sont nombreuses. Revenant sur la question du Rhdp, il a indiqué qu’ « avant qu’est-ce qui se passait? Il y avait les secrétaires généraux du Mfa, du Rdr, de l’Udpci, de l’Upcy, du Pit. On se retrouvait et on faisait ce qu’il convient d’appeler la conférence de Yalta. On partageait, on négociait. Et après, on disait: Guikahué: tu n’as pas négocié beaucoup. Cette fois-ci, le président Bédié dit que: nous on ne va plus partager. Vous-mêmes, vous vous levez pour dire que: nous on veut aller en Rhdp. Et la direction entérine. S’il n’y a pas consensus, chacun est candidat. Donc, le consensus se fait à la base, ce n’est pas un consensus imposé par la direction ». Face à la récurrence des inquiétudes, Guikahué d’indiquer que « sur toute l’étendue du territoire national, il y a des coordinations départementales et communales du Rhdp. Donc, vous êtes en train de me dire que ça ne marche pas. » Plus loin, il ajoutera que  » sur le terrain, on peut élire quelqu’un aujourd’hui et puis dans 5 ans, ça peut évoluer. Donc, si on s’asseoit à Abidjan pour partager, on va toujours partager dans le même sens. Je pense que la décision prise par les présidents de dire qu’on cherche le consensus à la base, c’est appliquer la démocratie. Mais faites des réunions de coordination du Rhdp. Même si ça ne marche pas, ça va démontrer que ça ne marche pas.
Diarrassouba Sory, in Le Nouveau Réveil du vendredi 15 juin 2018
Ndlr : le titre est de la rédaction de africanewsquick.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EM Social

EM Social Subtitle